Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Burkina Faso: « Il y a du « mouta-mouta » autour de l’argent destiné aux achats d’armes »

Publié le mercredi 27 novembre 2019  |  NetAfrique.net
Les
© AFP par SIA KAMBOU
Les forces armées burkinabè ont mené une vaste opération en représailles à une attaque jihadiste.(Image d`illustration).
Comment


Chers journalistes,
Comme déjà évoqué ici, l’Opposition politique s’insurge contre l’interdiction qui est faite à l’Inspecteur général Luc Marius Ibriga et à ses collègues de l’ASCE/LC, de faire l’audit des comptes du ministère de la défense.
Aucune disposition légale ne permet au Gouvernement d’opposer le secret-défense à l’ASCE/LC, dont les membres sont du reste assermentés et soumis au secret professionnel.
L’Opposition politique réitère donc sa demande, que les équipes de l’Inspecteur général Marius Ibriga aient accès aux dossiers du ministère de la défense. Il convient d’ailleurs de rappeler que l’ASCE/LC audite chaque année les comptes de la Présidence du Faso, dont les activités sont supposées être plus confidentielles que celles de n’importe quel ministère.
En effet, suite à notre prise de position, le MPP a instrumentalisé des hooligans des réseaux sociaux pour qu’ils accusent l’Opposition de vouloir dévoiler les secrets de notre armée. Il n’en n’est rien !
L’Opposition ne demande pas qu’on lève le secret-défense pour elle-même, ni pour les citoyens ordinaires. L’opposition demande qu’on lève le secret-défense qu’on veut imposer à l’ASCE/LC
Notre demande est plus que jamais pressante, suite aux dernières révélations de «La Lettre du Continent » du 20 novembre 2019 (N°812). Cette publication dit que toutes les fins de semaine, le président KABORE part boire du champagne chez son ami marchand d’armes, RAFI DERMARDIROSSIAN. Cet homme d’affaires franco-libanais a notamment facilité l’achat, l’année dernière, d’un hélicoptère de combat pour l’armée burkinabé̀.
Votre confrère précise que les chancelleries étrangères s’inquiètent de cette nouvelle amitié́, car, nous citons « nombre d’entre elles ont fait des dons d’équipements militaires à l’armée burkinabé̀. C’est notamment le cas de la France, mais également des Etats-Unis, de l’Allemagne et même du Qatar. » Fin de citation.
Quelles sont les compétences de M. DEMARDIROSSIAN ?
Combien a couté cet hélicoptère et toutes les autres armes lourdes payées chez lui ?
D’ailleurs, où se trouve cet hélicoptère de combat, lorsque nos vaillants soldats au front ont besoin de renfort aérien ? Que fait cet hélicoptère de combat lorsque les terroristes massacrent des civils ? Ces révélations, qui n’ont jamais été démenties par le Gouvernement, sont suffisamment graves et viennent donner raison à l’Opposition politique qui exige la levée du secret-défense sur le budget de l’Armée.
Comme on le voit, il y a du « mouta-mouta » autour de l’argent destiné aux achats d’armes.
C’est pourquoi l’Opposition politique demande :
Que l’Assemblée nationale initie dans les meilleurs délais une enquête parlementaire sur ce scandale « RAFI gate »;
Que l’ASCE/LC sorte de sa torpeur, et se saisisse de ce dossier brûlant pour faire toute la lumière.
Autre révélation du journal : le chef de l’Etat préfère gérer seul les dossiers militaires, par méfiance pour la sécurocratie. Ainsi, note-t-on, aucun haut gradé n’a été associé aux contacts qu’il a tenté d’initier avec des émissaires proches de la nébuleuse djihadiste active dans le nord du pays. Pour un pouvoir qui passe son temps à critiquer l’ancien régime pour ses deals supposés avec les terroristes, c’est plutôt gênant !
Commentaires